En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'installation de cookies sur votre terminal. Plus d'informations sur les cookies

 


 
<Calendrier>
Août 2017

 

Paroisse Saint-Didier

Autres paroisses du Doyenné

Horaire des messes

Lieux de culte

Actualités

Equipes et mouvements

 

Catéchèse

Aumônerie

Formations, conférences

 

 

Baptême

Confirmation

Eucharistie

Pénitence et réconciliation

Onction des malades

Mariage

Musique liturgique

 

Pastorale de la santé

Funérailles chrétiennes

Solidarité

 

 

 

 

 

 

 

CONTACT
Paroisse Saint-Didier
1 bis rue Aubert
52200 LANGRES

 

Mentions légales © 2013

L'abri du pélerin

 

Langres se situe au carrefour de deux grands chemins de pèlerinage : la « route des allemands » vers Compostelle, et la « Via Francigena » qui relie Canterbury à Rome.


La paroisse a ouvert l’Abri du pèlerin le 31 mars 2012. Accueillis en fin d’après-midi et enregistrés, les pèlerins s’installent dans la chambre qui comprend 2 lits à 1 place. Une taie d’oreiller propre et une serviette de toilette leur sont mises à disposition. Ils peuvent préparer leur repas dans la petite cuisine attenante et bénéficient d’une salle de bains avec lavabo, douche et WC. Les animaux ne sont pas admis.
En 2012, 88 pèlerins ont profité de cette halte. Ils ont été 108 en 2013 et 139 en 2014.

 

Accueil tous les jours de 16h à 18h. Le mieux est de prévenir de votre arrivée. Une participation aux frais de 8€ est demandée.

 

> Télécharger le PDF de l'abri du pélerin

 

 

cliquez sur l'image ci-dessus pour voir le détail des statistiques

 

 

 

 

 

 

 

 

Le pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle

 

Le pèlerinage est né de la découverte miraculeuse faite en Galice vers l’an 800, d’un tombeau retrouvé par l’ermite Pelayo (ou Pelagius) qui déclara avoir eu une révélation dans son sommeil. Il aurait été guidé par une étoile dans le ciel, d’où une des étymologies avancées pour Compostelle : Campus Stellae ou champ de l’étoile.

 

Sans autre preuve, l’Église locale déclara qu’il s’agissait du tombeau de l’apôtre Jacques, frère de Jean l’évangéliste et premier apôtre martyr de la chrétienté. L’apôtre Jacques aurait quitté le Proche-Orient au 1er siècle avec pour mission de prêcher la parole du Christ en occident jusque dans la péninsule Ibérique. Rentré en Palestine, il fut décapité sur ordre du roi Hérode Agrippa. Recueillie par ses compagnons, sa dépouille fut portée dans une embarcation. Guidée par un ange, l’esquif franchit le détroit de Gibraltar avant de s’échouer sur les côtes de Galice.
Théodomir, évêque d’Ira-Flavia (aujourd’hui Padrón), reconnut ce tombeau comme étant celui de Saint Jacques en 835 et le roi Alphonse II des Asturies y fit édifier une église.
Il faudra toutefois attendre l’année 1884 pour que le pape Léon XIII confirme de son autorité, dans la lettre Apostolique « Deus Omnipotens », l’authenticité des reliques de Saint Jacques faite par l’archevêque de Compostelle.

 

La Via Francigena en quelques mots

 

La « Voie des Français », est un réseau de routes et chemins empruntés par les pèlerins venant de « France » pour se rendre à Rome. Cet ensemble de chemins qui reprenait notamment les voies romaines de l’Antiquité et s’enrichissait de nombreuses variantes, traversait les territoires actuels de la France, de la Suisse et de l’Italie.

 

Ce chemin de pèlerinage qui va de Canterbury à Rome retrace la route que suivit Sigéric pour se rendre à Rome en 990 afin d’y rencontrer le pape Jean XV et recevoir le pallium symbolique de sa nomination d’évêque de Canterbury. Dans un manuscrit, il décrit les 79 étapes de son voyage de retour de Rome à Canterbury. 48 étapes en Italie, 7 en Suisse, 24 en France.

 

Cette ancienne voie médiévale est aujourd’hui reconnue comme Grand Itinéraire Culturel du Conseil de l’Europe.

 

La Via Francigena et le Chemin de Compostelle (GR7) (source OTSI)

Le GR 7 dans la traversée de Langres (source OTSI)